Journal

 Journal N°105

 

Il vient de sortir... voici le numéro 105 de notre journal départemental.

Edito :

Candide ou l’optimis…ation
Candide se remit en marche sur les chemins de Macronie, et croisa alors Voltaire. Ils décidèrent de poursuivre leur route ensemble et s’engagèrent dans une conversation savante, chacun d’eux se faisant fort de montrer à l’autre combien la vie leur était agréable en ce pays de cocagne.
- Ne trouves-tu pas formidable que le Bien Commun soit si bien partagé ? demanda Voltaire. Chacun est apprécié à sa juste valeur, et les patrons partagent le travail en si petits contrats qu’il est impossible de se tuer à la tâche.
- Certes, il n’est d’ailleurs plus possible non plus pour les salariés de négocier leurs conditions de travail. Grâce à la loi du 6 août, par exemple, les employés de la Fonction Publique n’ont plus de représentants aux Commissions Paritaires qui pourraient réclamer pour les uns des avantages qui seraient refusés aux autres. Car après tout, l’établissement peut embaucher tout aussi bien un agent contractuel qu’un fonctionnaire. C’est ainsi que le statut disparait.
- Et les avantages aussi ! Les formations deviennent obligatoires, et se feront sur les congés, car l’Etat veille au bien-être et favorise la lutte contre l’ennui et l’oisiveté, mère de tous les vices.
- Vous avez entièrement raison Maître Voltaire, heureusement que le Prince et ses Ministres indiquent la voie à suivre, sans quoi ce serait la ruine de ce paradis !
- A propos de ruine, as-tu remarqué la joie des personnes âgées ? Elles sont tellement contentes d’avoir obtenu le droit à une retraite bien méritée.
- Mais oui, d’autant qu’elles savent qu’elles sont les dernières à en profiter. Une nouvelle méthode de calcul va dépoussiérer ce droit, et le rendre tellement obscur que plus personne ne connaîtra le montant de sa pension future. C’est tellement mieux pour éviter de mettre à jour les inégalités !
- Ah, cher Candide, comment ne pas se réjouir de cette règle : grâce à elle, tout le monde deviendra écologiste. La baisse des pensions obligera à consommer moins, à voyager moins, à rester chez soi…Et à cultiver son jardin !